BANQ

Valérie Blais réconcilie gros bon sens et exagération

Valérie Blais réconcilie gros bon sens et exagération  - Claudia Collard : Culture

Valérie Blais marque adroitement et avec intelligence.

Véritable bombe rafraîchissante, Valérie Blais a rapidement entraîné son auditoire dans un voyage humoristique unique, où le gros bon sens fréquente intimement l’exagération. Drôle, authentique et attachante, elle marque adroitement et avec intelligence. On peut parler d’un démarrage en lion pour le Comité culturel Mégantic, qui entamait samedi sa 36e saison.

Le premier spectacle humoristique de cette comédienne a attiré de nombreux curieux à l’auditorium Montignac le 19 septembre. Curieux qui sont très vite tombés sous le charme de celle qui a ouvert le bal en parlant de son embonpoint, qui de l’avis des spécialistes est attribuable… à un problème de poids. Et n’allez pas lui dire qu’elle est «grassette», terme hypocrite s’il en est un.

Valérie Blais aborde avec un réalisme débilitant sa maternité tardive, incluant les jugements de tout un chacun sur l’idée de devenir mère à 43 ans. Un âge où «normalement» les enfants ont quitté la maison… Un âge où l’épuisement propre à l’arrivée d’un bébé dure un tantinet plus longtemps. Et non, martèle-t-elle, rien à voir la paternité tardive dont certaines personnalités s’enorgueillissent, une flèche ici bien sentie à l’endroit du chanteur de fadelido…

La comédienne humoriste s’en prend également aux cheap, comprendre ici les véritables radins, ces riches près de leurs sous. Ceux qui ne laissent pas de pourboire au resto, ceux qui «par hasard» vont aux toilettes juste avant que la facture arrive, ceux qui limitent les cadeaux…

Puis vient ce moment du spectacle où elle devrait en principe faire des jokes de c… Un prétexte pour parler de son côté pudique et des situations «malaisantes» provoquées par les confidences intimes de tout un chacun. Parce bien malgré elle, Valérie attire ces secrets d’alcôve.

La grâce. Valérie Blais se définit par son antithèse. Un moment hilarant où, vêtue d’un costume de ballerine, elle exécute de petits sauts et déambule avec d’imaginaires talons hauts. «Si une vraie femme porte des talons hauts, on est quoi les autres? Des fausses?» Si elle a eu l’heur de déclencher moult rires, cette phrase mérite réflexion. Pour l’humoriste, Andrée Lachapelle incarne le summum de la grâce. Ce qui signifie (ou pas) qu’elle ne pète pas.

Son numéro sur les générations est quand à lui du véritable bonbon. Les boomers, qui ont tout vu et tout vécu, les Y à qui tout est dû et entre les deux, les X, sa génération, l’enfant du milieu mal cadré dans une photo. Heureusement, Valérie Blais a décidé que l’heure était à la réconciliation et réunit deux nouvelles amies dignes représentantes de chaque groupe d’âge. Une retraitée bien nantie en pleine forme physique et une vingtenaire également bien nantie, qui élève des poules en milieu urbain. Et pour faire le lien, une comédienne moins fortunée de la génération dite sacrifiée. Certes, ceux qui s’y retrouvent risquent davantage d’être d’accord que les autres. Message aux boomers: non la feuille d’un fax ne part pas vraiment. Message aux Y: oui, on peut vivre sans WiFi. Le tout formulé en une charge en tout point hilarante. De quoi conclure joyeusement cette soirée tout en folie, audace et générosité.

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • L’ambiance du camp de jour au beau fixe
    Actualités

    L’ambiance du camp de jour au beau fixe

    Claudia Collard / 6 juillet 2020
  • Sept ans après: un devoir de mémoire
    Actualités

    Sept ans après: un devoir de mémoire

    Claudia Collard / 1 juillet 2020
  • Montignac rend hommage à ses finissants
    Actualités

    Montignac rend hommage à ses finissants

    Claudia Collard / 29 juin 2020
  • Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice
    Actualités

    Les éducatrices en milieu familial revendiquent plus de justice

    Rémi Tremblay / 25 juin 2020
  • La dernière nuit illustrée en bande dessinée
    Actualités

    La dernière nuit illustrée en bande dessinée

    Claudia Collard / 18 juin 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Les négos en santé: ça ne va toujours pas mieux!
  2. L’ambiance du camp de jour au beau fixe
  3. Nouvelles mesures à la plage
  4. Sept ans après: un devoir de mémoire
  5. Lambton: tronçon de piste cyclable dans le noyau urbain
  6. Début de l’autocueillette
  7. Chantier du Pont de fer
Docile ou non?
Festival virtuel pour Songe d’été en musique
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Directeur général
    Lac-Mégantic
  2. Inspecteur municipal
    Notre-Dame-des-Bois
  3. Agente - Agent de communication
    Lac-Mégantic
  4. Mécanicien
    Lac-Mégantic
  5. Technicien - Service comptable aux entreprises
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises