Abonnement

L'émetteur de mépris

(NDLR : Réaction à l’article du journaliste Ronald Martel, publié dans La Tribune du 22 juin, au sujet de la pièce «Le capteur de rêves», oeuvre de Guy Dostie, présentée au Théâtre de la première scène)

Ne pas réagir ferait la démonstration que j’ai manqué de souffle, ce qui n’est pas le cas à n’en point douter. Au début, j’étais sceptique, recevoir une critique de théâtre de la part de Ronald M. Comment un clown pouvait-il se permettre de juger l’écriture d’un texte? Heureusement, ce n’était pas le clown, mais l’autre Ronald M. Ouf!, j’ai eu peur. S’il fallait que n’importe quel premier venu se permette de critiquer quelque chose qu’il ne connaît pas dans le seul but d’écrire un article narcissique qu’il prétendrait plus important que l’événement qu’il était sensé couvrir.

Le critique comme le juge a besoin d’une capacité d’analyse, de compréhension de l’histoire et surtout de concentration pour écouter tout le déroulement de l’action, scène par scène. Il ne peut se permettre de donner un verdict sur une simple perception selon son humeur du moment. Ce serait catastrophique. Un clown aurait peut-être fait ça. C’est comme un clown qui aurait entendu quelques farces osées – rien qui ne se dit pas en famille autour d’une table pourtant – et qui aurait accusé la pièce d’être grivoise comme si elle était truffée de termes grivois sans autre contenu. Par contre, le clown, lui, aurait peut-être le sens de l’humour plus développé et ne serait pas stimulé que par les discours de Stephen Harper.
Depuis la lecture de cet article que je me mets martel en tête et, n’ayant pas de tribune pour m’exprimer, j’ai choisi le média régional par excellence pour faire écho.

Heureusement il reste les représentations des 14 et 15 juillet pour ceux qui préféreraient se faire une idée personnelle.

Le capteur de rêves a été embrouillé par l’émetteur de mépris. C’est tellement regrettable, dans une petite communauté, de devoir subir cet affront. Je ne gagne pas ma vie avec le théâtre, j’ai renoncé à retirer des droits d’auteur. Pour moi, c’est un loisir que je pratique pour le plaisir, le mien et celui des autres.

Allez, Monsieur Martel, frappez sur celui qui se dévoue. On vous admirera.

Guy Dostie

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Du haut des airs, un immense tapis vert!
    Actualités

    Du haut des airs, un immense tapis vert!

    Rémi Tremblay / 6 août 2020
  • À la rencontre des quatre éléments
    Culture

    À la rencontre des quatre éléments

    Claudia Collard / 3 août 2020
  • Un centre-ville coloré et festif pour l’été
    Actualités

    Un centre-ville coloré et festif pour l’été

    Claudia Collard / 23 juillet 2020
  • Des sculptures encore cibles de vandales!
    Actualités

    Des sculptures encore cibles de vandales!

    Claudia Collard / 23 juillet 2020
  • Une bonne nouvelle  qui en cache une mauvaise?
    Actualités

    Une bonne nouvelle qui en cache une mauvaise?

    Claudia Collard / 23 juillet 2020
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Du haut des airs, un immense tapis vert!
  2. Chez les petits Torrieux
  3. Un esprit de partage qui se propage
  4. À la rencontre des quatre éléments
  5. Un centre-ville coloré et festif pour l’été
  6. Des sculptures encore cibles de vandales!
  7. Une bonne nouvelle qui en cache une mauvaise?
Docile ou non?
À la rencontre des quatre éléments
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Conseiller(re) en vente
    Lac-Mégantic
  2. Technicien(ne) de travail social
    Lac-Mégantic
  3. Technicien(ne) comptable
    Lac-Mégantic
  4. Directeur vente et marketing
    Lac-Mégantic
  5. Mécanicien avec expérience
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises