L’aventure archéologique attire de nombreux adeptes

L’aventure archéologique attire de nombreux adeptes - Rémi Tremblay : Actualités

L’archéologue Claude Chapdelaine partage ses connaissances et sa passion du site Cliche-Rancourt avec des visiteurs.

Ils sont nombreux à fouler le sol du plus vieux site archéologique Imprégné de mystères, le site Cliche-Rancourt, à Frontenac, n’a pas livré tous ses secrets. Mais déjà les milliers d’artéfacts révélés par une décennie de fouilles archéologiques font écarquiller les yeux des visiteurs lancés sur les traces des premiers nomades venus de l’ouest. Même si les fouilles ont cessé officiellement en 2012, «l’aventure n’est pas terminée. Une partie du site reste à explorer pour une autre génération d’archéologues», confiait récemment Claude Chapdelaine, l’homme à l’origine de cette vaste chasse aux indices qui a permis de faire reculer de 9 000 à 12 000 ans l’histoire de la première occupation humaine au Québec. 

À sa première participation au Mois de l’archéologie, présenté pour la 17e année par le Réseau Archéo Québec, la Corporation de mise en valeur du patrimoine du Méganticois, présidée par Jacques Huard, a mis le paquet. Tout l’été au Centre sportif Mégantic, l’exposition Clovis, peuple chasseur de caribous a dressé la table. Il ne restait qu’à mieux diffuser son histoire et à permettre au grand public de parcourir sur 200 mètres de sentiers le lieu même de l’emplacement choisi par les chasseurs de caribous qui s’avançaient plus au nord dans la toundra à mesure que les glaciers fondaient devant eux. Les jeunes fréquentant le Service d’animation estivale l’ont visité par dizaines en août, puis des groupes organisés se sont succédés dans la dernière semaine. L’animateur Jérémie Laflamme-Allard, étudiant de troisième année au baccalauréat en archéologie à l’Université Laval, est déjà perçu comme la relève au professeur Chapdelaine et à Éric Graillon, archéologue animateur au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke.

Il était une fois… 
La première rencontre de Claude Chapdelaine avec Jean Cliche et Catherine Rancourt, en 1979, a allumé la flamme du professeur de l’École de fouilles de l’Université de Montréal. «Je soupçonnais que le site pouvait être vieux», raconte l’archéologue. Mais la découverte dans l’aire de recherche principale au mois d’août 2003 de la première pointe à cannelure, suivie d’une deuxième, a révélé toute son importance dans l’écriture de l’histoire du peuplement.

Le site archéologique enregistré sous le nom de «BiEr-14» au répertoire du ministère de la Culture et des Communications du Québec apporte des éléments de réponses à de nombreuses questions sur l’origine, l’identité et l’âge des premiers humains présents en Estrie et sur le territoire du Méganticois. Et c’est précisément l’origine des outils de ces chasseurs qui a permis aux archéologues de situer l’occupation du lieu dans le Paléoindien. En suivant le réseau hydrographique, par la rivière Kennebec, ces nomades ont probablement parcouru 300 km pour se rendre à la source de l’approvisionnement de la pierre nécessaire à la fabrication de leurs outils, dans le Maine et le New-Hampshire. Et 12 000 ans plus tard, à des profondeurs d’à peine 35 à 40 centimètres de la surface du sol, des outils dont des pointes à cannelures, des grattoirs, des racloirs, des graveurs et plus de 9 700 éclats de débitage racontent la vie de ces chasseurs de passage ici pendant plusieurs jours, entourés de gibiers abondants. Ces outils caractérisent les chasseurs de la fin de l’ère glaciaire, nommés Clovis dans l’ouest de l’Amérique dont ils arrivaient. Le site se trouve sur une terrasse à l’abri des inondations, surplombant de 12 mètres la rivière aux Araignées.

Jacques Huard partage la passion des archéologues et l’émotion de tenir dans sa main une pointe et «sur l’éclisse, il y a la marque du marteau de l’homme qui a fait ça!»

Thelma Leclair et Marie-Eve Boisjoli d’Archéo Québec ont tenu à visiter l’exposition et le site de fouilles. «Nous sommes heureuses de pouvoir être collaboratrices à cette belle aventure et de voir quelles sont les alliances qu’on va pouvoir faire pour la suite des choses.»

Marie-Eve, qui est secrétaire de l’Association des Archéologues du Québec, a plongé tôt dans la marmite. Elle a participé aux fouilles en 2003, l’année des grandes découvertes. «On ne peut pas laisser ce trésor-là caché», dit celle qui a prononcé des conférences sur ce chapitre de l’histoire de Clovis dans les écoles de Montréal.

Le Indiana Jones de la relève, Jérémie, a beau se sentir un «p’tit bleu» dans la Corporation du Méganticois, le contact avec les enfants âgés de 5 à 11 ans qui ont visité le site laissera un souvenir marquant: «Ces enfants-là, je voyais la lumière dans leurs yeux. On sent que les Québécois sont impatients d’en apprendre davantage. Un petit pas pour Clovis, un grand pas pour le Méganticois.» 

Pour réagir, Connectez vous Pour réagir, Connectez vous

À lire aussi

  • Poste de commandement à Saint-Robert
    Actualités

    Poste de commandement à Saint-Robert

    Rémi Tremblay / 20 janvier 2022
  • Voie de contournement: le milieu municipal exige une meilleure communication de la part de Transports Canada
    Actualités

    Voie de contournement: le milieu municipal exige une meilleure communication de la part de Transports Canada

    Claudia Collard / 20 janvier 2022
  • 2022 sera encore une grosse année
    Actualités Immobilier

    2022 sera encore une grosse année

    Rémi Tremblay / 19 janvier 2022
  • Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier
    Actualités Municipalité

    Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier

    Claudia Collard / 17 janvier 2022
  • Priorité à la 3e dose
    Actualités Santé

    Priorité à la 3e dose

    Claudia Collard / 13 janvier 2022
Identifiez-vous pour commenter Identifiez-vous pour commenter

0 commentaire

  1. Poste de commandement à Saint-Robert
  2. Voie de contournement: le milieu municipal exige une meilleure communication de la part de Transports Canada
  3. 2022 sera encore une grosse année
  4. Réfection du barrage du Lac-Aux-Araignées: les demandes pour un scrutin référendaire reçues jusqu’au 31 janvier
  5. Priorité à la 3e dose
  6. Annie Charron Eau Coeur de l’Afrique
  7. Report du spectacle de P-A Méthot
Nécessaire le couvre-feu?
King Dave: quand la souffrance devient rage
Recherche d'emplois - Lac-Mégantic
  1. Commerce à vendre
    Lac-Mégantic
  2. Adjoint.e administratif.ve (2e affichage)
    Lac-Mégantic
  3. Mécanicien(ne) de véhicules de loisirs
    Nantes
  4. Préposé au service à la clientèle
    Woburn
  5. Poste de direction général
    Lac-Mégantic
Répertoire des entreprises