L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections provinciales 2012
>  Archives
Vision, vision…
18/5/2017
0 commentaire (s)

Le transport du pétrole par train
18/5/2017
0 commentaire (s)

Une tempête parfaite sur le Québec!
4/5/2017
0 commentaire (s)

L'attente aux urgences: mauvaises cibles
27/4/2017
0 commentaire (s)


Archives      


Le maire de Frontenac, Jean-Denis Cloutier
Contournement ferroviaire: Frontenac déposera son plan au BAPE
Rémi Tremblay  ( 23/5/2017 )

La municipalité de Frontenac refuse de regarder passer le train. Elle monte plutôt à bord de la locomotive! Elle ne se présentera pas les mains vides devant le Bureau des audiences publiques qui débarque à Lac-Mégantic le 29 mai pour une consultation publique sur le réaménagement de la voie ferrée traversant le centre-ville. La toute dernière bataille pour le maire Jean-Denis Cloutier qui mettra un terme à 26 ans de vie politique municipale à la fin de son présent mandat. «J’aurai fait ma job! Ce n’est pas moi, le maire de Frontenac, qui supportera l’odieux de couper les terres et les érablières en deux!» a-t-il affirmé en entrevue.

Après quatre ans comme conseiller et vingt-deux ans à la mairie, Jean-Denis Cloutier a traversé bien des tempêtes, dont le chapitre sur les regroupements municipaux et le financement du Centre sportif Mégantic. Il ne pouvait souhaiter un meilleur bulletin démographique pour son départ: Frontenac a eu l’honneur d’avoir la plus importante augmentation de population dans la MRC du Granit en 2016, soit de 53 nouveaux arrivants. «Un maire n’est jamais plus fort que l’équipe qui est avec lui. J’ai eu la chance d’avoir des gens qui ont une bonne vision.»

Une dernière préoccupation avant de se retirer dans ses terres, le chemin de fer! «Un dossier qui devra être analysé avec énormément de prudence. Le tracé envisagé passera sur des terrains à Frontenac. On sait par expérience qu’une propriété située près d’un chemin de fer n’a plus la même valeur. Ainsi, notre conseil devra être très vigilant à protéger ses citoyens», écrivait-il dans le dernier numéro du Bulletin municipal.

Il passe de la parole aux actes. Le tout Frontenac se mobilise à la veille des audiences publiques qui, de son propre aveu, surviennent beaucoup trop tôt, alors même que les citoyens ne savent pas quel est le tracé définitif priorisé pour une voie de contournement. Un BAPE avant même le dépôt du deuxième rapport d’étape d’Aecom!

À 10 jours du début des audiences, c’était déjà le branle-bas de combat à l’hôtel de ville. Une personne-
ressource à l’interne a été mandatée pour accompagner les citoyens de Frontenac qui veulent intervenir dans le processus de consultation. Une personne déjà à l’emploi de la municipalité. Et puis, la semaine prochaine, une assemblée publique pour les citoyens concernés. «On ne fera pas rire de nous autres. On va faire une réunion publique avec tous les citoyens visés par le corridor discuté en public il y a un an et demi. Frontenac va mettre sur la table le tracé qu’elle compte proposer.»

Puis, coup de théâtre, mardi soir. La Ville de Lac-Mégantic a adopté une résolution d’appui «aux municipalités de Nantes et Frontenac» pour le dépôt d’un tracé alternatif «au BAPE générique dernièrement mandaté par le MDDELCC».

Les commissaires seront donc appelés à entendre une proposition qui aura pour avantage de mieux protéger le lac de l’Orignal, dans la municipalité de Nantes, et les propriétaires de Frontenac visés par le tracé. La solution de Frontenac passe par l’utilisation des lignes de lots.
Le maire de la «transparence»

Bien qu’il respecte l’entente de confidentialité qu’il a signée avec les autorités municipales de Lac-Mégantic, Jean-Denis Cloutier, lui, a préféré la transparence avec ses citoyens. «Nous autres, on n’est pas habitués à cela. Il faut qu’on soit transparent avec les citoyens. Tu ne peux pas leur cacher des choses. Frontenac a déposé un quatrième tracé (qui ne figure pas parmi les trois options mentionnées dans les documents du BAPE). Ceux à qui on en a parlé (dont trois conseillers municipaux de Lac-Mégantic) ont tous dit: ça donc bien du bon sens! Parce que je dis la vérité à mes citoyens, ils ne peuvent pas faire plus que de me mettre à l’amende!»

Sans dévoiler précisément le tracé que Frontenac va soumettre au BAPE, le maire Cloutier se montre catégorique: leur projet mérite d’être considéré par les ingénieurs. «Si t’es capable de passer en dessous de la 204, à 30 pieds dans le cap, t’es capable de passer à travers une butte!»

À quelques mois de sa fin de carrière, Jean-Denis Cloutier ne pense pas se retrouver derrière les barreaux pour avoir défendu ses citoyens, à la limite de son entente de confidentialité. «Je ne ferai pas au monde des choses que je voudrais pas me faire faire. Le BAPE débarque et personne ne sait où «le train» va passer. Je leur dis: vous avez intérêt à vous asseoir avec Frontenac et qu’on trouve un tracé qui va plaire aux deux parties.»

Il est conscient qu’il ne pourra pas voir le dénouement de cette histoire de son «vivant politique». Il laisse ça entre les mains de ses successeurs. «Je souhaite à celui ou celle qui me succèdera d’être accompagné d’une équipe aussi dévouée que celles avec lesquelles j’ai eu la chance de travailler.» Les candidats potentiels à sa succession vont sortir de l’ombre dans les prochaines semaines.

Financièrement, il laissera une municipalité en santé. Sa fierté, l’adhésion au projet éolien du Granit. «Le projet éolien a été un bon coup! Juste pour Frontenac, ça rapportera entre 3,6 et 3,8 millions de dollars sur 20 ans et ça n’a rien coûté !» Sa municipalité a endossé pour 1,6 M$ s ans mettre un sou.

Parmi les batailles qu’il a menées, le regroupement municipal. «Un des gros dossiers, avoue-t-il. Il y avait beaucoup d’émotions là-dedans. On se battait pour nos citoyens. Je n’ai peut-être pas fait un bon coup pour la région, mais pour les citoyens de Frontenac, sûrement! Si on n’avait pas mené une bataille aussi forte, que serait devenue Lac-Mégantic aujourd’hui?», songe-t-il, avec une pointe de regret.

Cette fois-ci, il n’y a pas d’ambiguïté! «Je suis venu au monde à Frontenac et je vais mourir à Frontenac. Donc, tu ne peux pas cacher la vérité à ces gens-là» Quand il se fait traiter de «tête dure» par ceux qui négocient les dossiers de l’autre côté de la table, pour lui c’est comme recevoir un compliment!



   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage